Catégories
Pseudosciences

La naturopathie, c’est naturel

Commençons par oser des définition de Pseudosciences vs Sciences (pour l’exercice)

Pour Shermer, journaliste scientifique en 1997

La pseudoscience est définie comme « des allégations présentées de telle sorte qu’elles semblent être scientifiques, même si elles manquent de preuves à l’appui et de plausibilité. « 
En revanche, la science est « un ensemble de méthodes conçues pour décrire et interpréter les phénomènes observés et inférés, passés ou présents, et visant à construire un ensemble de connaissances testables ouvertes au rejet ou à la confirmation »

La différence fondamentale entre sciences et pseudoscience n’est donc pas tant la véracité des affirmations, mais la capacité à fournir des données (preuves) permettant de juger de ces affirmations (et bien sûr d’ensuite continuer à améliorer ces connaissances (qui sont les conclusions que l’on fait des données, en les mettant à l’épreuve du réel)
Ex : Quand Raoult, Pr émérite, grand scientifique, au tout début, promeus l’HQC sur la base d’un papier chinois sans aucune donnée, on est en droit, peu importe notre niveau scientifique, de douter de ces affirmations.
Il faut qu’il amène de meilleur donnée pour convaincre (ou d’attendre que d’autre, lui fournisse les données qui lui donneront raison), c’est normal. C’est le fonctionnement des sciences. Il ne suffit pas d’avoir un « génie » avec une intuition et des suiveurs pour créer une nouvelle doctrine. On se parle avec des preuves et on est pas toujours d’accord sur ce qu’est une preuve ou les biais qui font, sur ou sous, interpréter les preuves.

La naturopathie ne demande pas de preuve scientifique. Mais fait appel à des notions thérapeutiques. C’est en cela que c’est une pseudoscience.
Naturopathie est une pratique à visée thérapeutique qui prétend équilibrer le fonctionnement de l’organisme par des moyens proclamés « naturels » (wikipédia)

Elle repose sur un sophisme, c’est-à-dire un argument fallacieux (qui trompe soit soit auteur soit autrui), qui est l’appel à la nature (Argumentum ad naturam) qui est dans l’antiquité une obligation morale et reste encore très présent dans nos esprits encore aujourd’hui.
Cet argument dit que « le naturel serait sain par essence, l’artificiel (on entends parfois les produits « chimiques » mais tout est chimique en réalité) serait suspect » pourtant « A l’analyse, de très nombreux composés naturels se sont révélés toxiques » (et est-il nécessaire de parler de toutes les avancés de la médecine pourtant « chimique » ou « articiel » qui ont amélioré notre espérance ou qualité de vie)

Cet argument est souvent considéré comme un argument fallacieux lors d’un débat, et qui devrait être éviter à tout prix (car il n’apporte rien).
On peut quand même noter ce questionnement du naturel est peut-être (je ne sais pas) un peu moins fallacieux quand on parle de transhumanisme vs biohumanisme. Mais ça, c’est une autre histoire.

Bref, donc on a une doctrine basée sur une idée bancale (appel à la nature), qui est une pseudoscience (c’est-à-dire qui utilise des méthodes ou qui affirment des résultats sans pour autant fournir de preuve. (En dehors de quelques conseils sur l’alimentation et l’exercice physique non spécifique à la naturopathie)), qui abuse de titre scientifique comme : Thérapeute, docteur, etc… Et qui fait appel à des méthodes de communication pour vendre ces produits (comme le fameux produit « détox » qui ne détoxifie rien…)

S’il y a une chose à lire basé sur l’émotion, je vous invite à lire l’expérience de Britt Marie Hermes, ancienne naturopathe américaine, qui dénonce aujourd’hui le « charlatanisme », voici une interview.

Est-ce sans risque ?
Le risque pour le patient est le faible niveau de formation médicale de la formation du naturopathe (Dont sa capacité à diagnostiquer).
Un risque d’être soumis à des pratiques inefficaces, contraires à l’éthiques et potentiellement dangereuses alors que des traitements efficaces et dont on connait l’innocuité existe (mais n’est pas connu par le praticien).
Un risque accru de retard de soin.

Parmi les principaux traits récurrents qui définissent un pseudo-thérapeute, on peut noter la Dérives sectaires ? Ça peut arriver.

Le dénigrement systématique de la médecine conventionnelle, la promesse d’une guérison miracle, la mise en valeur de bienfaits impossibles à évaluer ou mesurer (en termes de karma, d’aura, d’énergétique, etc.), la promesse d’une prise en charge globale (prétention holistique) agissant autant sur le corps que l’esprit voire l’âme, et l’utilisation d’un vocabulaire technique opaque ou hors sujet (ondes cosmiques, cycles lunaires, dimension vibratoire, purification, énergies, cosmos, conscience…). Le guide énumère plusieurs cas d’étude de naturopathes (p.16, p.29, p.117 du Guide Santé et dérives sectaires de la Mivilude) ayant mis gravement en danger la santé de leurs patients jusqu’à entrainer la mort (p.16 du Guide Santé et dérives sectaires3 de la Mivilude), notamment par le refus de soins réels face à une maladie ou par des préparations ou régimes inappropriés

La dérive thérapeutique devient sectaire lorsqu’elle essaie de faire adhérer le patient à une croyance, à un nouveau mode de pensée. Prétextant l’inutilité des traitements conventionnels, le pseudo-praticien va demander au patient d’avoir toute confiance en lui car lui seul détient la méthode « miracle » apte à le guérir. Le gourou thérapeutique propose non seulement de soigner, mais aussi de vivre autrement. Il se présente comme le détenteur d’une vérité. Tous ceux qui se mettent en travers de son chemin sont accusés soit de retarder la guérison, soit même d’en être à l’origine, d’où la rupture du malade avec ses proches et ses amis. Isolé, ce dernier va se retrouver encore plus facilement sous la coupe du « dérapeute » qui va l’amener progressivement dans un processus d’adhésion inconditionnelle à sa méthode, en lui proposant la vente d’ouvrages, la participation à des stages payants ou à des retraites coûteuses, le plus souvent à l’étranger, voire en l’orientant vers d’autres praticiens déviants.

La dérive thérapeutique à caractère sectaire s’accompagne donc d’un mécanisme d’emprise mentale destiné à ôter toute capacité de discernement au malade et à l’amener à prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises autrement.

Bref, il y a pas mal de donnée, qui montre la dangerosité de la pensée pseudo-scientifique, due à de l’aveuglement volontaire à la recherche de preuve.
Souvent parce que les gens qui se disent ou sont scientifiques n’ont pas été à la hauteur de nos attentes. Ne peuvent pas répondre, ou réponde de façon inapproprié, voir se trompe, alors on cherche des réponses ailleurs, là, ou c’est rassurant et simple.
Sauf que la recherche la vérité, de la réalité, c’est souvent plus compliqué qu’une opposition binaire entre les scientifiques et les non-scientifiques.
Quand à ce qui amène les gens à fuir l’avis scientifiques, ont doit être très critique envers les structures et personnalités dites de ce bord.

La médecine tel qu’elle est appliqué est a mille lieux d’être parfaite, pire, elle est parfois contre-productive. Et on peut voir dans cette critique, une explication du grandissement des pseudosciences, mais sans jamais les justifier à mon humble avis.
Pour moi, même si la médecine était la meilleur possible (ce qui ne veut pas dire parfaite), il y aurait quand même de la charlatanerie, car la manière dont se construit la croyance ne dépend pas de la qualité de la matière la plus vraisemblable, mais du culte (donc autour d’autres valeurs que celle relevant de la vérité).

Donc, oui, il faut s’inquiéter. Ces pratiques pseudoscientifiques sont légions et semble en augmentation, allant de l’homéopathie en passant par la naturopathie, magnétiseur… etc
Et a titre personnelle, je pense que tout cela à a voir avec notre manière d’appréhender le réel, de former des groupes sociaux, avec les dérives des fake-news, des faits alternatifs, du complotisme, etc…
C’est aussi la popularisation du fait que les scientifiques et experts sont des êtres humains, qu’ils sont faillibles = Des pourris, des nuls, voleurs, ils ne prennent pas en compte l’humain, ils surmédicalisent, etc… Avec la conclusion sotte, que du coup, rien n’est absolue et qu’on peut soit s’en battre les couilles, soit penser se qui nous arrange. Ce qui est bien pratique. #CestMonChoix

J’entends aussi les gens qui disent que la médecine ne peut pas tout. Et c’est bien leurs problèmes, on attends de la médecine d’avoir un traitement (combien de médecin de ville ont fait une prescription pour un covid dont on avait aucune idée d’un traitement efficace ? => Cela s’appel de la pseudo-médecine), on attends de la médecine qu’elle nous aide à être heureux ? etc, Résultat, on passe notre temps à aller voir le médecin et a ne pas en être satisfait parce que ça nous donne pas ce dont on pense avoir besoin en allant voir le médecin.
Heureusement qu’il y a d’autres personnes qui ont compris vos besoins (ou qui vous crée un besoin) et qui savent vous faire payer pour l’assouvir.
Pour le besoin de médoc, l’homéopathie est génial, vous en avez pour tous, vous pouvez prendre 20 pillules par jour sans risque, c’est génial. Et cette idée, selon eux, va permettre la réduction de la prescription ? En mettant dans la tête qu’il faut des pilules pour se renforcer, pour guérir, pour la prévention, etc…
Pour l’introspection, la psychanalyse est superbe, aller y, on vous écoute…
Pour la vente de connerie sur le bien-être (stress, la perte de poids, énergie, détox…) la naturothérapie est bien à la mode.
Acupuncture pour les personnes en recherche de soins dépaysant…
La Chiropractie (proche ostopathie) pour les gens qui aiment se faire manipuler (physiquement)
La dentisterie holistique pour ceux qui aiment les dents
Le jeûne thérapeutique, pour les gens qui sont jaloux de pas faire ramadan.
Médecine quantique pour ceux qui connaissent rien en physique quantique et qui ont l’impression d’avoir affaire à une révolution du genre.
Radiesthésie pour les vieux de la vielle, avec baguette et pendule.
… etc

Bref, on est dans un monde ou les relations sociales sont un luxe, que l’on essaye de combler par des professionnels qui profitent de se manque pour vous apporter un peu d’attention contre une part de votre portefeuille au lieu que cela se fasse dans le quotidien, naturellement…

Blague a part :

« Savez-vous comment on appelle une médecine alternative ayant prouvé son efficacité ? » « Médecine ».
Citation de Tim Minchin issue de son poème musical Storm.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *